Demande à l’ARS

Sauvegarde du Trégor Goelo Penthièvre

Yves-Marie Le Lay, président

7, rue de Kermaquer

29241 Locquirec  Le 26 juillet 2021

06 12 74 34 56 

à

Agence Régionale de Santé

Monsieur le directeur

6, place des Colombes

CS 14253

35042 Rennes Cedex

Monsieur,

au nom de notre association je vous avais adressé une lettre le 22 septembre 2020 pour vous alerter sur les taux alarmants d’hydrogène sulfuré dans la baie de Saint-Brieuc et plus particulièrement à l’est sur la commune de Hillion en rappelant que ce n’était pas la première année que je mesurais de tels taux qui expliquent la mort de 36 sangliers en 2011 et le tragique décès de Jean-René Auffray en 2016. 

Cette année, sur les mêmes lieux ces taux ont été atteints dès le début du mois de juin et la situation n’a fait que s’aggraver depuis cette date au point aujourd’hui de placer les riverains de la baie de Saint-Brieuc, surtout ceux vivant au plus proche du littoral dans une situation sanitaire incertaine tant les émanations de ce gaz toxique sont régulières et de plus en plus fortes.

Sachant que ces citoyennes et citoyens ont droit à une information honnête et régulière sur la qualité de leur environnement et de l’air qu’elles et ils respirent, nous vous demandons instamment de livrer au jour le jour les résultats d’analyse d’air réalisés par Air Breizh dans l’agglomération de Saint-Brieuc et d’instaurer des bulletins journaliers comme cela se fait aux Antilles avec les algues sargasses, proposition que nous vous avions formulée et à laquelle vous aviez opposé une fin de non-recevoir. 

Nous vous demandons aussi d’installer avec les autorités compétentes de tels capteurs partout en Bretagne en bordure de sites déjà repérés par le CEVA. Enfin nous déplorons une fois encore que vous n’ayez jamais répondu à notre demande de réaliser une étude épidémiologique sur les effets de l’hydrogène sulfuré à faible dose sur le long terme.

Une absence de réaction à cette demande de votre part serait incompréhensible d’autant qu’elle est rendue publique. Nul doute dans ce cas qu’en cas d’intoxications même bégnines, il pourra vous être reproché une forme de laxisme dans la mission de protection des populations qui vous incombe.

Soyez assuré Monsieur le directeur de la considération de notre association. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *